Signes et symptômes liés à la prise de drogues

Il y a de nombreux signes, à la fois physiques et comportementaux, qui montrent qu’une personne prend de la drogue. Chaque drogue entraîne des réactions spécifiques, mais il y a des signes généraux montrant qu’une personne prend de la drogue :

  • Changement soudain du comportement
  • Changement brutal d’humeur, irritabilité, mauvaise humeur suivis d’un comportement heureux et joyeux soudainement
  • La personne évite les membres de sa famille
  • Elle ne s’occupe pas de son apparence
  • Elle perd de l’intérêt pour des hobbies, le sport et autres activités favorites.
  • Changement dans son rythme de sommeil ; éveillée la nuit et ensommeillée le jour
  • Yeux rouges ou vitreux
  • Reniflement ou écoulement nasal

Les effets suivants sont liés aux drogues fréquemment consommées et sont les signes et symptômes d’une toxicomanie particulière :

Effets de la méthamphétamine

Insomnie nerveuse pendant des jours et des semaines de suite, perte totale d’appétit, grande perte de poids, pupilles dilatées, excitation, loquacité, illusion de pouvoir, paranoïa, dépression, perte de contrôle, nervosité, transpiration inhabituelle, tremblements, anxiété, hallucinations, agressivité, violence, étourdissements, changements d’humeur, vision troublée, confusion mentale, agitation.

Effets de l’ecstasy

Modifications au niveau de la stimulation mentale et physique, perception altérée du son, de la lumière, du toucher. Stimulation de l’énergie physique associée à une diminution de l’appétit et une hausse de la température corporelle. Accroissement des réactions émotionnelles et des perceptions sensorielles. Serrement de dents, crampes musculaires, nausées, frissons et sueurs. Élévation de la température du corps pouvant conduire au décès.

Effets de la cocaïne

Difficulté à penser, état de confusion, anxiété, dépression, crises de colère, attaques de panique, méfiance, pupilles dilatées, insomnie, perte d’appétit, diminution de l’énergie sexuelle, agitation, irritabilité, flots de paroles, démangeaisons, hallucinations, paranoïa.

Effets du LSD (acide)

Pupilles dilatées, décoloration de la peau, perte de coordination, faux sentiment de puissance, euphorie, distorsion du temps et de l’espace, hallucinations, confusion, paranoïa, nausées, vomissements, perte de contrôle, anxiété, panique, inaptitude, et comportement autodestructeur.

Effets du PCP

Comportement bizarre et parfois violent (des suicides ont souvent eu lieu), paranoïa, peur, anxiété, agressivité, détachement par rapport à l’entourage, rougeur de la peau, transpiration, étourdissements, engourdissement total et perceptions affaiblies.

Effets des drogues par inhalation

Euphorie à court terme, rire bête, bêtise, étourdissements, suivis de maux de tête et d’évanouissement ou de perte de conscience. Consommation à long terme : perte de mémoire, instabilité émotionnelle, troubles du raisonnement, troubles de l’élocution, maladresse, démarche chancelante, clignement des yeux, tremblement, perte d’audition, perte du sens de l’odorat, et processus d’atrophie du cerveau accéléré. Parfois, ces effets graves à long terme sont réversibles suite à la détoxication du corps et à la thérapie nutritionnelle, parfois les dommages au cerveau sont irréversibles ou seulement partiellement réversibles.

Effets de l’héroïne

Euphorie forcée chimiquement, état de rêverie similaire au sommeil dans lequel la personne peut se laisser emporter pendant des minutes ou des heures d’affilée. Pour les toxicomanes de longue date, l’héroïne peut agir comme un stimulant, et ils peuvent exécuter les actions quotidiennes habituelles. D’autres peuvent devenir incapables de faire quoi que ce soit.

Effets du cannabis

Alimentation compulsive, yeux rouges injectés de sang et regard oblique (peut avoir du mal à garder les yeux ouverts), bouche sèche, rire excessif et incontrôlable, oubli, perte de mémoire à court terme, extrême léthargie, motricité retardée, paranoïa occasionnelle, hallucinations, paresse, manque de motivation, bêtise, odeur douceâtre sur le corps, les cheveux et les vêtements, grands changements d’humeur et de comportements lorsque la personne est défoncée.

Dépresseurs (tranquillisants et barbituriques)

Diminution de l’inhibition, ralentissement de la coordination motrice, léthargie, relâchement des muscles, démarche chancelante, manque de jugement, lenteur ou incertitude des réflexes, désorientation, troubles de l’élocution.


Si vous avez besoin d’un avis pour déterminer si quelqu’un est toxicomane, contactez un conseiller Narconon en réhabilitation du centre le plus proche de chez vous. Il pourra vous aider.

 ®
Libérez-vous de la dépendance, une fois pour toutes.